Haïti – dialogue : MOPOD impose ses conditions

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp

Haïti – dialogue : MOPOD impose ses conditions

L’Administration Martelly – Lamothe a envoyé des émissaires auprès de leaders de l’opposition dans le cadre de sa recherche du dialogue. A l’issue d’une rencontre, les membres du Comité de Pilotage du Mouvement de l’Opposition Démocratique (MOPOD) ont décidé de ne pas fermer la porte au dialogue, mais ils posent certaines conditions.

Outre la libération des « prisonniers politiques » Enol et Josué Florestal et le retrait des poursuites judiciaires engagées contre l’avocat André Michel, MOPOD exige la publication de la loi électorale approuvée depuis quelques temps au Parlement. Il demande aussi que le chef de l’Etat présente des excuses publiques pour avoir prononcé des injures à l’endroit de responsables de l’opposition.

Michel Martelly doit aussi écarter ses collaborateurs accusés d’implication dans le trafic des stupéfiants, ordonner le retrait de l’ordonnance que le doyen du tribunal civil de Port-au-Prince a prise à l’encontre de Radio Kiskeya et Liliane Pierre-Paul.

Marie Denise Claude oblige également le président Martelly à reconnaitre le droit de l’opposition de manifester publiquement ainsi que la réunion qu’il a eue avec le juge Jean Serge Joseph peu avant son décès le 13 juillet 2013 était un abus de pouvoir.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi...