Les violences persistent à Petit-Goâve

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp

Les violences persistent à Petit-Goâve

Les violences ont repris, ce début de semaine, à Petit-Goâve en dépit d’un déploiement policier qui a débouché sur beaucoup d’arrestations. Des hommes armés ont tiré, lundi soir, sur Ansley Saintilien, un jeune homme de 22 ans à qui ils reprochent d’avoir fourni des informations à la police.

Le blessé, qui se fait soigner dans un centre hospitalier de la commune, indique que les bandits ont tiré trois cartouches, mais une seule l’a atteint.

La mère d’Ansley, Madame Nènè Saintilien a eu la vie sauve qu’en prenant la fuite. Elle est accusée d’avoir dénoncé les fauteurs de trouble sur une station de radio de Petit-Goâve.

Les bandits, qui seraient au nombre de 60 environ, se retranchent dans les montagnes, et ils rendent la vie dure aux populations et aux usagers de la «Nationale numéro II.

Le député Jacques Timoléon a nié mardi avoir un quelconque rapport avec les hommes armés qui opèrent dans la région de Petit-Goâve. A quoi bon prendre la tête d’une rébellion qui nuit à un gouvernement que je soutiens ?, s’interroge M. Timoléon.

15460cookie-checkLes violences persistent à Petit-Goâve

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi...