Affaire Rodrigue Lalanne : sans nommer le bourreau, la presidence déplore et condamne

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp

Affaire Rodrigue Lalanne : sans nommer le bourreau, la presidence déplore et condamne

Sans nommer le bourreau, le secrétariat général de la présidence déplore et condamne l’agression perpétrée par un agent de la sécurité présidentielle contre Rodrigue Lalane, journaliste de la Radio Télé Kiskeya, le mardi 1e octobre 2013.

Le bureau de communication de la presidence ajoute que la Coordination de la sécurité présidentielle, informée de l’incident, a été invitée à prendre toutes les dispositions pour que le concerné, celui que la presse cherche toujours a identifié, soit sanctionné.

Tout en réaffirmant sa profonde conviction dans le respect des libertés individuelles et de la personne humaine, le secrétariat général de la présidence renouvelle l’engagement du président de la République, Michel Joseph Martelly, à maintenir le pays sur les rails de l’Etat de droit et de la démocratie, conclut le communiqué.

Entretemps, pour les suites légales, la solidarité se raffermit pour aider à identifier l’agent de la garde rapprochée du président qui a frappé le journaliste Rodrigue Lalanne au cou au moment où ce dernier assurait la couverture de la cérémonie officielle de lancement de la rentrée scolaire.

15870cookie-checkAffaire Rodrigue Lalanne : sans nommer le bourreau, la presidence déplore et condamne

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi...