Dessalines et Pétion au service de nos bêtises

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp

Dessalines et Pétion au service de nos bêtises

 DessalinesPetionart

Papa Dessalines nous monte toujours à la tête quand il nous faut plonger le pays dans le plus grand merdier. Le dirigeant de la Révolution a bon dos pour légitimer nos barbaries : KOUPE TET BOULE KAY.

 Dessalines aurait été assassiné, a-t-on appris à l’école. Alexandre Pétion l’aurait tué, dit-on aussi. Le souffle de vie de Papa s’est éteint dans le sang.  Voulons-nous hériter d’un sanguinaire, d’un coupeur de tête ou d’un incendiaire ? Si tel est le cas, Dessalines et Pétion ne peuvent, en aucun cas, être les modèles des acteurs politiques, aujourd’hui. Car, l’œuvre des deux Hommes va  plus loin que leur différend ? Les deux ennemis ne se sont-ils pas mis ensemble pour vaincre l’esclavage ?

Que voulons-nous vaincre, aujourd’hui ? Qu’est-ce qui va nous mettre ensemble ? On ne sait toujours pas. Mais, les enfants de Dessalines partent de temps en temps à la rencontre des enfants de Pétion. Géographiquement, cela pose problème. Car, le trajet se fait à pied. Qu’on passe par Bourdon ou par Delmas, on monte. On brûle des calories. Cela ne peut pas être pour grand merci. Les enfants de Dessalines, qu’ont-ils à dire à ceux de Pétion qui vraisemblablement ne sont pas intéressés à les écouter ?   Question de courtoisie, les enfants de Pétion pourraient aussi descendre vers ceux de Dessalines.  Ce schéma nous permet de comprendre pourquoi il ne peut pas y avoir de dialogue entre les différents acteurs. Ce schéma nous permet aussi de comprendre pourquoi les manifestations anti-gouvernementales sont contrecarrées par des manifestations pro-gouvernementales.

Les enfants de Dessalines et ceux de Pétion sont dans les rues. Orphelins, ils jouent leur jeu dangereux. Ils risquent de s’entretuer si les (pays) voisins  ne viennent à leur secours

 

Laisser un commentaire

A lire aussi...