Haïti : des entreprises françaises s’intéressent à la reconstruction

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp

Haïti : des entreprises françaises s’intéressent à la reconstruction

Près de quatre ans après le séisme qui a ravagé Haïti et détruit les principales infrastructures du pays, une trentaine d’entreprises françaises ont entamé lundi une mission sur place en vue de “proposer leur savoir-faire” pour le développement de l’île, rapporte l’AFP.

“C’est une mission de prospection. C’est un premier pas. Les entreprises françaises viennent recueillir des informations avant de franchir un second pas vers l’investissement direct en Haïti”, a expliqué Jean-Pierre Gastaud, chef du service économique de l’ambassade de France en Haïti et en République dominicaine.

Pendant une semaine, des dirigeants d’entreprises venus de France et des départements d’outre-mer vont rencontrer des bailleurs de fonds, des organisations internationales et des membres du gouvernement haïtien autour des projets développés dans le cadre de la reconstruction du pays.

“La mission appuyée par des partenaires haïtiens vient s’informer aussi sur les opportunités de participer à la reconstruction et au développement économique d’Haïti”, a pour sa part déclaré le président de la Chambre de commerce franco-haïtienne Grégory Brandt.

Il a par ailleurs indiqué que les entreprises françaises travailleront et accompagneront leurs partenaires haïtiennes, souvent trop faibles en ressources et en équipements, pour remporter seules des appels d’offres lancés pour des projets de reconstruction.

Les entreprises françaises sont particulièrement attirées par des projets dans la construction, l’habitat, l’énergie, l’eau et l’assainissement.

Les engagements post-séisme des donateurs ont atteint près de 10 milliards de dollars en soutien du plan de reconstruction d’Haïti.

L’Union européenne a apporté une contribution de 1,2 milliard d’euros tandis que l’Agence française de développement a engagé plus de 100 millions d’euros depuis le séisme, conclut la même source.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi...