Le gouvernement dominicain est complice de cette chasse à l’homme

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp

Le gouvernement dominicain est complice de cette chasse à l’homme

Le gouvernement dominicain est de connivence avec ceux qui agressent les Haïtiens à Neiba, déclare  le député de Mirebalais Boucan Carré. Abel Descolines en veut pour preuve la décision spontanée et inintelligente du gouvernement dominicain de rompre le dialogue avec le gouvernement haïtien sur la complexité de la situation découlant de la sentence inhumaine de la Cour constitutionnelle dominicaine.

Des violences sont souvent déclenchées dans la municipalité de Neiba, indique le parlementaire. Toutefois, les autorités policières dominicaines interviennent toujours efficacement, confie-t-il. Mais, depuis l’incident ayant opposé deux vieillards dominicains à un Haïtien, la police semble laisser le champ libre aux Dominicains revanchards, laisse comprendre Abel Descolines.

Ainsi, les Haïtiens, se sentant menacés et abandonnés, ont décidé de faire leur sac et de rentrer en Haïti, déclare M. Descolines. Ce rapatriement volontaire est symptomatique de l’indifférence affichée par les autorités dominicaines face aux agressions subies par les Haïtiens qui sont dans une situation d’insécurité absolue, explique le président de la commission des Affaires étrangères de la chambre basse du parlement.

Il est évident que l’Etat dominicain se fait le complice de ces violences anti-haïtiennes, répète M. Descolines déplorant que la présidence dominicaine ne se donne même pas la peine de les condamner et d’annoncer des mesures pour freiner tout acte de violence contre les Haïtiens.

Décidément, l’Etat dominicain est en voie de devenir un Etat voyou, notamment pour avoir violé toutes les chartes internationales qu’il a signées,  conclut le député Abel Descolines, l’invité du Réveil Info, ce jeudi 28 novembre, sur Signal Fm.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi...