Un budget de rigueur et de prudence…

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp

Un budget de rigueur et de prudence…

Il n’existe pas de fonds disponibles pour financer de nouveaux projets. C’est ce que voulait dire le président de la République lorsqu’il avait  déclaré, aux Cayes, que les caisses de l’Etat sont vides, a expliqué la ministre de l’Economie et des Finances, Marie Carmelle Jean-Marie.

 

Les caisses de l’Etat ne sauraient être vides. Et, le président n’a pas menti, clame Mme. Jean Marie arguant que les recettes arrivent au  quotidien. La ministre a fait savoir que le gouvernement a assez de moyens pour respecter les engagements pris en début d’exercice. Mais pour les nouveaux chantiers, a-t-elle ajouté, on va devoir attendre. 

Les agents de la fonction publique n’ont aucun souci à se faire car les salaires sont inscrits dans la rubrique des « engagés d’avance », a dit la ministre des finances.

Pour sa part, le secrétaire d’Etat à la réforme fiscale, Ronald Décembre a, pour sa part, indiqué que plusieurs mesures ont été adoptées en vue notamment d’augmenter les recettes de l’Etat.

La ministre de l’Economie et des finances a confirmé par ailleurs que le projet de budget rectifié pour l’année 2013/2014 déposé mardi au parlement, est de 118.6 milliards de gourdes.

Ce projet de loi de finance enregistre a-t-elle dit, une baisse de 10% par rapport aux 131 milliards de gourdes de l’année fiscale 2012-2013.

Près de 51 milliards de gourdes devraient provenir des recettes courantes, collectées par l’administration générale des douanes (AGD) et la Direction Générale des Impôts (DGI), et les fonds générés par les bons du trésor devraient atteindre environ 8.6 milliards de gourdes, selon Marie Carmelle Jean-Marie.

Elle a fait aussi état des appuis budgétaires fournis notamment par l’union européenne, la BID et la banque mondiale, pour financer le budget de l’exercice en cours.

13 milliards de gourdes iront aux dépenses de fonctionnement, a indiqué madame Jean-Marie.

Le secteur économique a reçu 47% du budget, 24% au social, 2% au culturel et 8% aux autres administrations, a dit la ministre des finances qui a précisé que ce budget tient compte des recommandations de la chambre des députes qui avait approuvé le premier document et du Sénat qui l’avait rejeté lors de la première session de l’année fiscale en cours.

Elle a également informé qu’un ensemble de mesures seront prises pour réduire les dépenses non essentielles pour permettre à L’Etat de répondre  à ses obligations et aussi aux priorités. Elle a pointé du doigt les voyages à l’étranger qui devraient être réduits au strict nécessaire et les per diem reconsidérés.  Car, l’Etat dépensera selon ses moyens.

Photo : Lesly Dorcin

 

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi...