Pour et contre la levée de l’immunité des deux députés

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp

Pour et contre la levée de l’immunité des deux députés

Les indices fournis dans le dossier acheminé à l’Assemblée des députés pour obtenir la levée de l’immunité des parlementaires Nzounaya Bellange Jean-Baptiste et Rodrigue Séjour ne justifient pas une telle décision, de l’avis du président de la commission des droits humains à la chambre basse. Le juge instructeur Jean Wilner Morin a péché dans son ordonnance…

Analysant le dossier soumis au bureau de la chambre basse dans lequel le juge Morin souligne que les députés Jean-Baptiste et Séjour ont volontairement collaboré à l’enquête préliminaire, il dit ne pas comprendre qu’aujourd’hui le juge agit de la sorte en vue de contraindre les concernés à renoncer à leur immunité pour répondre aux questions de la justice.

« Le juge instructeur doit reconnaitre qu’il a commis des erreurs dans ce dossier », indique-t-il. A plus forte raison, poursuit le président de la commission des droits humains à la chambre basse « on ne peut se permettre de faire de nouvelles victimes dans le dossier de l’assassinat du policier Walky Calixte qui a droit à une justice sans faille ».

La Commission devant statuer sur la demande de levée de l’immunité des députés Nzounaya Bellange Jean-Baptiste et Rodrigue Séjour est constituée. Composée de sept membres, elle doit analyser les indices présentés par le juge instructeur Jean Wilner Morin, et faire appel à des experts en la matière avant de produire son rapport.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi...