signal-logo

player-onplayer-on
ON AIR 24/24

Numéros de téléphone:
(509) 47.14.22.64 | +1.305.407.2119
Politique

Après la trêve du carnaval c’est la grève

5000 enseignants travaillent depuis tantôt cinq ans sans être rémunérés ; la majorité de ceux-là qui interviennent dans le secteur public et reconnus par le système éducatif haïtien évoluent dans des conditions extrêmement difficiles ; les professeurs du secteur privé sont des laissés pour compte. Autant de problèmes évoqués par la Plateforme des syndicats d’enseignants pour justifier un mot d’ordre de grève de trois jours qui affectera les différents départements géographiques du pays.

A compter de ce mercredi, dans le sud-est, les professeurs seront présents dans les salles de classe mais ne dispenseront aucun cours, a annoncé Robert Coq, le porte-parole de la Plateforme des enseignants du Sud-est (FESE). Les grévistes entendent forcer l’administration Martelly/Lamothe à prendre en compte leurs revendications ignorées depuis trop longtemps déjà, précise-t-il.

Dans le département de l’Ouest où les responsables de la plateforme des syndicats d’enseignants prévoient également d’intensifier la mobilisation, l’on insiste sur le paiement des arriérés de salaire, la nomination de tous les professeurs évoluant dans le secteur public, et la nécessité d’allouer à l’éducation environ 30% du budget de la république.

L’Union nationale des normaliens haïtiens avait annoncé récemment la reprise de la mobilisation des syndicats d’enseignants visant à forcer le gouvernement Martelly/Lamothe à satisfaire leurs revendications. Tous les moyens pacifiques seront utilisés, avait prévenu Josué Mérilien, le responsable de l’UNNOH.

CR//

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualités à la une

To Top