signal-logo

player-onplayer-on
ON AIR 24/24

Numéros de téléphone:
(509) 47.14.22.64 | +1.305.407.2119
Gouvernement

Clôture du forum organisé par le CDES

Marie Carmelle Rose Anne Auguste

Clôture du forum organisé par le CDES

Organisé dans le cadre de la politique d’émergence d’Haïti d’ici à 2030,  le  forum sur le développement des arts, des métiers et de l’entreprise s’est terminé, le 25 novembre 2014 à l’hôtel Kinam, Pétion-Ville. La thématique « Le système financier, son adaptation aux nouveaux enjeux économiques » constituait l’axe de réflexion lors des ateliers.

Les ateliers tenus sont des séances de validation des propositions reçues pour la mise en œuvre d’une politique de développement du secteur des arts, des métiers et de l’entreprise. Dès le mois de janvier 2015, le Conseil de développement économique et social (CDES) travaillera avec les différents ministères pour rédiger des programmes dans la perspective du budget 2015-2016.

Le secteur des arts, des métiers souffre de l’absence d’une politique publique d’encadrement lui permettant d’avoir des mécanismes clés et nécessaires à son épanouissement et son développement, a indiqué Guilène Raymond Charite. La consultante du CDES déplore aussi le faible niveau de formation, la carence du crédit et l’absence de données statistiques sur le secteur.

Pour sa part, le représentant de la Banque de la République d’Haiti (BRH) a souligné les différents obstacles au crédit. Christian Hilaire note, entre autres, l’absence d’un bureau de crédit, un registre de sûreté inadéquat, l’absence de planification dans la distribution de l’énergie électrique, l’impossibilité d’accéder en ligne aux données de l’Office national d’identification (ONI), l’absence de plan d’affaires et la formation professionnelle inadaptée.

De son côté, la ministre déléguée auprès du Premier ministre, chargée des Droits de l’homme et de la lutte contre la pauvreté, Marie Carmelle Rose Anne Auguste, pointe du doigt une absence d’inventaire des potentialités artistiques et artisanales existant dans les quartiers sensibles. Les artistes et les artisans des quartiers pauvres n’ont pas accès au crédit bancaire, souligne-t-elle.

Les différentes mesures adoptées s’intégreront dans les plans d’actions ministériels, a rassuré Louis Nau Pierre, coordonnateur du CDES.

Photo: Lesly Dorcin

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualités à la une

To Top