signal-logo

player-onplayer-on
ON AIR 24/24

Numéros de téléphone:
(509) 47.14.22.64 | +1.305.407.2119
Politique

Elections : la chimère des lavalassiens

Presse muselee

Dès le lendemain de la journée électorale du 20 novembre 2016, des partisans du parti Fanmi Lavalas se forgent des chimères. Comme poussés par une force rongeuse, les rats de la discorde qui traînaient sous la table croient que les journalistes « orientent » les résultats non encore proclamés de l’élection présidentielle.

Guerrier Henri, Roberde Céliné, Wendel Théodore, Frantz Exantus, Tamara Orion et Emmanuel Jean François sont les principaux journalistes visés par les menaces mortelles proférées par des individus se réclamant du parti Fanmi Lavalas.

Conscients de la nuisibilité reconnue et patentée des sympathisants lavalassiens, les journalistes vivent dans un climat de peur. Les travailleurs de la presse savent que les militants Lavalas sont prêts à mettre à sac la République si la candidate à la présidence, Maryse Narcisse, n’est pas élue. Le chef du parti, Jean-Bertrand Aristide, en avait déjà donné l’ordre : « légitime défense par le DECHOUKAJ ELEKTORAL ».

Quotidiennement, des journalistes font l’objet de menaces de tous genres, sous forme d’appel anonyme, de messages SMS et de messages sur les réseaux sociaux.

Des personnes non encore identifiées, mais qui affichent leur allégeance à l’ancien prêtre de Saint-Jean Bosco, violent chaque jour la quiétude des journalistes.

Dans l’après-midi du 23 novembre 2016, alors que la directrice à l’information de la Radio-Télé Signal, Tamara Orion, animait « Haïti aujourd’hui », un individu, qui venait se poster devant la station, a appelé la présentatrice de cette émission politique à se taire, à laisser Titid tranquille.

Une menace véritable qui va grandissant. A ce propos, signalons qu’au soir du 20 novembre, des employés du Groupe Signal avaient constaté, à la rue Louverture, Pétion-Ville, des va-et-vient d’une Toyota Land Cruiser à vitres teintées. Arrivé devant l’entrée du parking de la radio, le conducteur descend sa vitre, regarde et repart aussitôt sans mot dire. Cela s’était produit à plusieurs reprises.

Elections : la chimère des lavalassiens was last modified: by
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualités à la une

To Top