signal-logo

player-onplayer-on
ON AIR 24/24

Numéros de téléphone:
(509) 47.14.22.64 | +1.305.407.2119
Politique

Haïti-Politique: quand les négociations s’imposent!

Radio Signal FM
Microphone

L’heure est aux négociations. Tel est l’appel de M. Gédéon Jean, responsable du Centre d’Analyse et de Recherche en droit. Selon le juriste, le moment est venu pour le président Michel Martelly de mettre un terme aux consultations pour entamer les négociations avec les vrais acteurs de la crise politique.

L’homme de loi estime que les problèmes de fonds, responsables de ce malaise politique, ont été exprimés par le sénateur Dieuseul Simon Desras. Au cours d’une entrevue, le président du Sénat affirme que la crise pré-électorale est due fondamentalement au non respect de l’article 1 de l’Accord d’El Rancho qui prévoyait la formation d’un gouvernement d’ouverture. Il estime qu’il n’y pas eu réellement d’ouverture. Or les opposants au régime Martelly, disait-il, le groupe des six en particulier, puisque décapitalisés, souhaiteraient intégrer le gouvernement pour mieux préparer les élections sur le plan financier et politique.

Rejetant l’appellation d’Opposition radicale, M. Gédéon invite le président de la République à négocier avec les sénateurs du  G-6, de qui, l’Opposition dite radicale, puise sa force. Des négociations qui, se référant aux déclarations du sénateur Desras, devront, selon lui, porter sur les vrais problèmes : un changement de gouvernement ou la cohabitation des vrais acteurs de l’Opposition et leurs alliés avec le pouvoir Central.

Le juriste se dit contre, cependant, certaines propositions qui envisagent la démission du président Martelly. Bien que l’heure soit au compromis politique, il estime que  certains principes fondamentaux de la démocratie, comme le respect du mandat des élus, devraient être respectés. Toutefois, il n’écarte pas le scenario de la démission du chef de l’État en cas d’échec des négociations.

Rappelons que des représentants du G-6 et la présidence se sont déjà rencontrés dans le cadre des consultations initiées par le Palais national depuis un mois. Les négociations auront probablement lieu entre la Présidence et le groupe des six partis politiques qui soutiennent la position des sénateurs dits radicaux.

Jean Michel Cadet

[email protected]

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualités à la une

To Top
Informez-vous tous les jours et à chaque instant sur Signal FMLISTEN LIVE
+