signal-logo

player-onplayer-on
ON AIR 24/24

Numéros de téléphone:
(509) 47.14.22.64 | +1.305.407.2119
Gouvernement

Haïti : vers la mise à jour du PNGRD

Laurent Lamothe_GF

Haïti : vers la mise à jour du PNGRD

Le premier ministre Laurent Lamothe a procédé hier mercredi à l’ouverture de la cérémonie de lancement de la Table sectorielle et thématique des risques et désastres, à Pétion-Ville. Cet événement auquel ont pris part différentes personnalités des secteurs public et privé, et des représentants de la communauté internationale doit déboucher sur la mise à jour du Plan national de gestion des risques et des désastres (PNGRD).

Le chef du gouvernement haïtien a déclaré que la capacité d’Haïti à faire face aux désastres et à réduire sa vulnérabilité est une condition sine qua non pour son développement durable. En ce sens, il a invité tous les acteurs concernés à s’engager davantage et à long terme pour faire fonctionner la Table.

Laurent Lamothe a profité pour réitérer son appel à l’unité à l’endroit des Haïtiens. Il leur a demandé de contribuer aux efforts visant à rendre Haïti plus solide et plus résiliente aux risques et désastres.

Ces assises témoignent de la volonté du gouvernement à faire face à la grande vulnérabilité du pays aux catastrophes naturelles, a fait savoir Jean Renel Sanon, qui a fait office de ministre de l’Intérieur a.i, en absence de David Bazile. Me Sanon a évoqué la nécessité de définir un plan stratégique concerté devant permettre au pays de résister à l’atrocité de la nature. Il croit en ce sens que l’implication de tous est indispensable.

Le représentant résident du système des nations-unies, Peter De Clercq, se réjouit de cette volonté d’harmoniser les efforts pour renforcer les capacités du pays afin de mieux anticiper et prévenir les catastrophes naturelles. Le fonctionnaire onusien, qui renouvelle l’engagement de la communauté internationale en Haïti dans le cadre de cette démarche, estime important de consolider la résilience d’Haïti dans la mesure où les changements climatiques ont tendance à rendre les risques et désastres plus fréquents.

Dans cette optique, souligne Peter De Clercq, il faut mieux gérer les bassins versants et imposer de meilleures pratiques de construction. Il plaide, par ailleurs, en faveur de la systématisation de la coordination et de la cohérence des actions des différents secteurs intervenant sur le terrain.

Photo: Lesly Dorcin

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualités à la une

To Top