signal-logo

player-onplayer-on
ON AIR 24/24

Numéros de téléphone:
(509) 47.14.22.64 | +1.305.407.2119
Insécurité

Insécurité : des parlementaires rencontrent le DG de la PNH

Sur l’initiative des commissions Justice et Sécurité des deux chambres du Parlement, des députés et sénateurs ont organisé, ce mercredi, une séance de travail avec le directeur général de la Police nationale d’Haïti autour de la recrudescence du phénomène de l’insécurité dans le pays. 

Ont pris part à cette réunion les sénateurs Jean-Renel Senatus, Jean- Marie Salomon, les députés Jean Wilaire Jean et Pierre Jude Destiné.

Plaidant pour une solution rapide à ce problème, l’élu de l’Ouest indique que les parlementaires auront à travailler avec le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ) « en vue d’un complot positif pour permettre à la population haïtienne de vivre dans la paix ».

L’ancien commissaire du gouvernement a confié qu’ils auront à rencontrer l’Association professionnelle des banques sur ce dossier. Car, estime-t-il, il est anormal que ceux qui viennent faire une transaction bancaire prennent une ligne dans la rue alors qu’ils devaient être à l’intérieur des banques. Selon lui, cela contribue à faciliter l’attaque des bandits sur ces personnes.

Se disant satisfait de la rencontre, M. Sénatus a rapporté que le DG de la police promet de tout mettre en œuvre pour contrecarrer le phénomène de l’insécurité dans le pays. « Il promet de mettre à la disposition des policiers des matériels de travail, d’augmenter les sous-commissariats dans certaines zones comme carrefour Marassa, Cesselesse, quadriller nos marchés publics comme  Croix-des-Bossales. Nous luttons pour une permanence de la sécurité.»

De son côté, Godson Orélus a exprimé sa satisfaction après la rencontre avec les parlementaires. Tout en admettant la complexité de la situation sécuritaire, il souligne que l’institution policière s’engage à maintenir la sécurité dans le pays. « Mais la situation est très compliquée compte tenu de la conjoncture politique, a dit M. Orélus, appelant à  la collaboration de tout un chacun (la population, la justice, etc.) pour combattre l’insécurité et le banditisme. Car les bandits, les malfrats se trouvent au sein de la population. Ils ont des frères, des sœurs, des cousins, bref, ils ont leurs familles aussi. Il est important de créer une sorte de confiance entre la police et la population. »

Le chef de la police a en outre annoncé la sortie en avril prochain d’une nouvelle promotion constituée de mille cinq cents policiers. Selon lui, cela permettra le renforcement de la présence policière dans des zones déterminées. « Là où il y a nécessité de mettre des sous-commissariats, nous allons le faire », a-t-il ajouté, évoquant néanmoins le manque de moyens et d’encadrement.

Par ailleurs, en ce qui concerne les incidents ayant impliqué le Premier ministre sortant Évans Paul et des policiers à la résidence du PM lundi soir, Godson Orélus de dire : « Là, c’est de la politique qui se fait. La police ne peut interférer dans le problème de l’État. On peut demander aux policiers de faire des choses. Mais ils doivent prendre des précautions. On ne peut pas dire qu’il y avait vraiment un problème. Ce que je peux dire, c’est que le directeur général  de la police a joué sa participation pour éviter le pire.»

Source : Le Nouvelliste

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualités à la une

To Top