signal-logo

player-onplayer-on
ON AIR 24/24

Numéros de téléphone:
(509) 47.14.22.64 | +1.305.407.2119
Politique

Garry Bodeau, l’un des premiers promoteurs de l’idée de la fin du mandat de Privert

Le Miami Herald a relevé dans son édition  du 15 juin 2016 que le député Garry Bodeau a été parmi les premiers à promouvoir l’idée de la fin du mandat du président  provisoire Jocelerme Privert, affichant sur Twitter une lettre  prétendument signée par le président de la  Chambre basse Cholzer Chancy et le président du Sénat par intérim Ronald Larêche, reconnaissant la fin du mandat de Privert.

Des sources affirment, rapporte l’AHP, que le président du bureau du Senat Sénat a été mis en joue pour signer une  lettre  au bureau du sénateur pro-Martelly, Cantave, pour ” constater la fin du mandat du président Jocelerme Privert , en lieu et place d’une décision de l’assemblée nationale qui avait élu, au second degré, le président provisoire

Le Miami Herald écrit que mercredi, Larêche a pris ses distances  de cette  lettre, que certains voient comme  une tentative de coup d’état par Cholzer Chancy et ses alliés, visant à mettre  en charge le premier ministre Enex Jean-Charles qu’ils avaient contribué à faire nommer.

Cholzer Chancy s’est refusé à toute interview avec  le journal. Mais mardi soir, il a fait écho sur une station de radio de  Port-au-Prince, de la  position de Garry Bodeau, que Jean-Charles se voit confier la gestion du pays, “à titre provisoire”, jusqu’à ce que l’Assemblée nationale prenne une décision.

Contacté par le quotidien de la Floride,  M Jean-Charles aurait déclaré  “n’avoir reçu aucune demande officielle du Parlement.”

Il se serait dit plutôt préoccupé par la possibilité d’être  «pris en sandwich entre des secteurs proches du pouvoir  et du Parlement.

En ce qui a trait aux réactions de la communauté internationale, le Miami Herald rapporte qu’un fonctionnaire du gouvernement américain a indiqué que “Notre position est qu’ils parviennent à une décision. S’ils  prolongent le mandat, c’est très bien. Nous allons travailler avec le président provisoire “, a déclaré ce fonctionnaire, ajoutant que  “s’ils ne le prolongent pas,  c’est très bien. Cependant, l’important est qu’ils ne laissent  rien dans l’incertain et qu’un président constitutionnel prête serment le 7 février 2017.

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualités à la une

To Top