signal-logo

player-onplayer-on
ON AIR 24/24

Numéros de téléphone:
(509) 47.14.22.64 | +1.305.407.2119
Politique

Les élections coûteraient 55 millions de dollars américains

Le pays a besoin de 55 millions de dollars américains pour organiser les deux tours de la présidentielle, les deux tours du tiers du Sénat, les législatives complémentaires et les élections locales ; CASEC et ASEC. Le gouvernement dispose déjà de 30 millions de cette somme, a confié en exclusivité jeudi soir au Nouvelliste le porte-parole adjoint du chef de l’Etat, Eddy Jackson Alexis.

Le président de la République, le Premier ministre, le ministre des Finances, des membres du CEP et le Conseil supérieur de la police nationale (CSPN) ont eu jeudi soir une importante rencontre au palais national. Le financement et la sécurité des prochaines élections étaient au centre des discussions. Selon le président du Conseil électoral, Léopold Berlanger, le CEP a besoin de 55 millions de dollars pour l’organisation des joutes électorales, a rapporté au Nouvelliste le porte-parole adjoint du chef de l’Etat, Eddy Jackson Alexis.

« Le gouvernement a déjà sécurisé 30 millions des 55 millions de dollars pour les opérations électorales », a confié au journal M. Alexis, soulignant qu’il s’agit des fonds en provenance des ressources du pays. « Cet argent est déjà disponible », a-t-il précisé au Nouvelliste joint au téléphone.

Les 55 millions de dollars, « c’est une enveloppe pour l’instant sur laquelle on travaille. Ce n’est pas encore finalisé…», a confirmé au journal le président du CEP sans donner pour le moment plus de détails. Joint au téléphone après sa rencontre avec le chef de l’Etat au palais national, Léopold Berlanger paraissait plutôt prudent quand Le Nouvelliste lui a demandé de confirmer que le gouvernement dispose déjà de 30 millions de cette somme. Rien n’est encore formel ni officiel pour le moment, a-t-il indiqué.

Jocelerme Privert avait déjà confié au Nouvelliste à Cuba la semaine dernière que l’Etat allait mobiliser toutes les ressources nécessaires pour l’organisation des élections. Ressources humaines, techniques, financières… « Les élections, c’est un acte de souveraineté nationale, a-t-il martelé.  L’Etat haïtien doit faire tout ce qui est dans son pouvoir pour s’assurer que ces élections aient lieu. Il nous faut mobiliser toutes les ressources qui sont disponibles au pays; je parle de ressources matérielles, humaines, et financières… Toutes les ressources indispensables seront mobilisées… »

Avec les élections « ratées » de 2015, on vient de jeter 100 millions de dollars par la fenêtre, s’est désolé Jocelerme Privert. Une somme qui, selon le chef de l’Etat, aurait pu construire à travers le pays 100 lycées, 100 kilomètres de routes ou encore deux cents écoles nationales.  Pour lui, s’il faut financer les élections, il faut qu’elles soient crédibles pour éviter le gaspillage.

Le président provisoire de la République a appelé les ministères, les directions générales et les organismes autonomes à mettre leurs véhicules à la disposition du CEP pour les élections, question de ne pas avoir à louer ni à acheter de nouveaux véhicules. Jocelerme Privert croit également que les étudiants et les élèves ayant plus de 18 ans devront être mobilisés pour réduire le coût du scrutin.

Pour le moment, ni les pays dits amis d’Haïti ni les bailleurs de fonds internationaux ne se bousculent pour financer les élections. Visiblement, ils ne digèrent pas encore le fait que le CEP ait décidé de reprendre l’élection présidentielle. 

Source: le Nouvelliste

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualités à la une

To Top