signal-logo

player-onplayer-on
ON AIR 24/24

Numéros de téléphone:
(509) 47.14.22.64 | +1.305.407.2119
Politique

Transition: des rencontres pour savoir quoi faire du 14 juin

A quelques jours de l’expiration du mandat de 120 jours du président provisoire de la République, Jocelerme Privert, selon les termes de l’accord du 5 février, les discussions en vue de son maintien au pouvoir  se poursuivent.

Le  chef de l’Etat a rencontré, entre autres, jeudi, des parlementaires,  des représentants de partis  politiques et des membres du Conseil électoral provisoire (CEP)

Depuis lundi, le président Privert avait entrepris de s’entretenir avec des représentants de plusieurs secteurs dont le secteur privé des affaires, la société civile pour leur faire comprendre la nécessité de préserver la stabilité du pays.

Ce jeudi, c’est avec les membres des bureaux des deux branches du parlement qu’il  s’est entretenu. Le groupe minoritaire au sénat avait demandé au président du grand corps de ne signer aucun traité, accord, convention ou autres documents pouvant engager le Sénat sans avoir reçu au préalable le mandat de l’assemblée.

Le sénateur Carl Murat Cantave, du groupe minoritaire, proche de l’ancien président Michel Martelly,  a indiqué que le président Larêche ne pourra que relayer la position des deux  groupes sans engager le sénat. Il a réaffirmé la volonté de son bloc de s’accrocher à l’idée que le président Jocelerme Privert quitte le palais national, le 14 juin prochain, pour permettre au conseil des ministres, sous la présidence du premier ministre, de gérer le pays. Cela, dit-il, est conforme à l’article 149 de la constitution et nous n’avons pas besoin d’accord sur cette question, a-t-il dit.

Toutefois, un autre secteur de l’opposition estime que si le président doit partir, le premier ministre, issu aussi de l’accord du 5 février, doit le suivre puisqu’on est en dehors de la constitution.

Le président ai du sénat, Ronald Larêche, confirme avoir reçu la correspondance du groupe minoritaire et assure qu’il n’aurait jamais engagé le grand corps sans avoir le mandat de l’assemblée ou, à défaut, l’appui des présidents des différents blocs.

Une rencontre a également eu lieu avec les présidents des différents blocs parlementaires. Elle succédait une  réunion qui s’est tenue avec plusieurs partis politiques dont Fanmi Lavalas et la Plateforme Jistis, Pitit Desalin et Inite autour de l’échéance du 14 juin.

Les positions des formations politiques se seraient accordées sur la nécessité d’arriver à un consensus  qui puisse désamorcer la  crise redoutée.

Le chef de l’Etat a rencontré en toute fin de journée les membres du Conseil électoral provisoire.

Avec AHP

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualités à la une

To Top