signal-logo

player-onplayer-on
ON AIR 24/24

Numéros de téléphone:
(509) 47.14.22.64 | +1.305.407.2119
Politique

Présidence provisoire: le parlement se divise

Gary Bodeau

Présidence provisoire: le parlement se divise

Discorde au Parlement autour de la candidature des parlementaires à la présidence provisoire. La candidature la plus suspecte et redoutée est celle du président du Sénat, Jocelerme Privert.

Le fait que M. Privert se porte candidat ne pose aucun problème, selon certains sénateurs, dont Jean Baptiste Bien-Aimé. Pour d’autres élus du Grand Corps: les sénateurs du sud Jean-Marie Junior Salomon et Hervé Foucand, c’est un handicap réel.

Dans la Chambre des députés, le député de Delmas, Gary Bodeau, s’oppose à l’idée que des parlementaires se présentent à cette élection en vue de garantir la crédibilité du processus. « On ne peut pas être à la fois juge et partie », a lancé Gary Bodeau.

Notons que cinq personnes se sont déjà fait inscrire au registre des candidats à la présidence provisoire, a fait savoir le sénateur Wetsner  Polycarpe et le député Patrick Norzéus, respectivement président et vice-président de la commission bicamérale chargée de réaliser cette élection indirecte. Ces cinq prétendants à la présidence provisoire sont : Mackenson Cangé,  Duverra Jean Luthès, Félicien Jean Thomas, Charles Géraud et Joseph Sergo Louis Charles. Les deux derniers sont inscrits sous toutes réserves en attendant que leurs dossiers soient complétés.

Présidence provisoire: le parlement se divise

Le représentant du Nord au Sénat compte aborder, avec pédagogie, les citoyens réticents à reconnaitre la valeur de la démarche du parlement. S’il est nécessaire de descendre dans les rues pour expliquer aux protestataires le bien-fondé du processus, Wetsner Polycarpe dit être prêt à prendre son bâton de pèlerin.

Discorde au Parlement autour de la candidature des parlementaires à la présidence provisoire. La candidature la plus suspecte et redoutée est celle du président du Sénat, Jocelerme Privert.

Le fait que M. Privert se porte candidat ne pose aucun problème, selon certains sénateurs, dont Jean Baptiste Bien-Aimé. Pour d’autres élus du Grand Corps: les sénateurs du sud Jean-Marie Junior Salomon et Hervé Foucand, c’est un handicap réel.

Dans la Chambre des députés, le député de Delmas, Gary Bodeau, s’oppose à l’idée que des parlementaires se présentent à cette élection en vue de garantir la crédibilité du processus. « On ne peut pas être à la fois juge et partie », a lancé Gary Bodeau.

Notons que cinq personnes se sont déjà fait inscrire au registre des candidats à la présidence provisoire, a fait savoir le sénateur Wetsner  Polycarpe et le député Patrick Norzéus, respectivement président et vice-président de la commission bicamérale chargée de réaliser cette élection indirecte. Ces cinq prétendants à la présidence provisoire sont : Mackenson Cangé,  Duverra Jean Luthès, Félicien Jean Thomas, Charles Géraud et Joseph Sergo Louis Charles. Les deux derniers sont inscrits sous toutes réserves en attendant que leurs dossiers soient complétés.

Le représentant du Nord au Sénat compte aborder, avec pédagogie, les citoyens réticents à reconnaitre la valeur de la démarche du parlement. S’il est nécessaire de descendre dans les rues pour expliquer aux protestataires le bien-fondé du processus, Wetsner Polycarpe dit être prêt à prendre son bâton de pèlerin.

Photos: Lesly Dorcin

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualités à la une

To Top