signal-logo

player-onplayer-on
ON AIR 24/24

Numéros de téléphone:
(509) 47.14.22.64 | +1.305.407.2119
Culture et loisirs

Rencontres québécoises en Haïti : des écrivains haïtiens en parlent

  • MARIE-ALICE THÉARD

Amis du Québec

Mon âme se réjouit de vous savoir en route et mes yeux s’habillent d’impatience dans l’attente de vous lire et de partager nos repères identitaires.

Les fragrances épicées de mon ile seront sensibles à la mouvance et aux subtilités des échanges enrichissants de nos écrits si différents et aux émotions si semblables.

Merci pour ces paillettes d’amitié qui accompagnent vos pas.

Chez moi, vous serez chez vous.

 

  • JEAN-ROBERT LÉONIDAS

J’adore Villon excepté un de ses fameux vers: Il n’est bon bec que Paris.

J’aime Cioran. Surtout une de ses phrases devenue un poncif ineffaçable: on n’habite pas un pays, on habite une langue. Et c’est cette langue que nous, Haïtiens, avons en partage avec le Québec et que nous assumons sans état d’âme…

  • FRANKETIENNE

Des écrivains et des éditeurs québécois viendront rencontrer leurs homologues haïtiens pour le partage des expériences, des visions, des rêves et des imaginaires respectifs autour de ce singulier objet baptisé « Le Livre ».

Evénement d’une importance capitale. Rencontres hautement significatives sur le plan culturel et humain. Démarches nourries d’intense spiritualité dans un univers assoiffé de générosité fraternelle hors de tout assistanat mortifère.

Le Québec et Haïti, la miraculeuse sublimation du paradoxe solitaire/solidaire à travers les ponts et les passerelles que le LIVRE a permis d’édifier pour surmonter la dangereuse fragmentation de l’être et transcender les différences, les exclusives et les distances qui trop souvent nous éloignent de l’essentiel.

Rencontres fabuleuses gorgées de sève et de symboles vivaces autour du LIVRE, lieu de mémoire et d’utopies fécondes. En brassant la lumière des signes et les feux imaginaires, nous finirons ensemble par trouver le chemin vers l’oasis qui peu à peu s’agrandira pour ronger les déserts.

  • JAMES NOËL

LES RENCONTRES QUÉBÉCOISES EN HAÏTI, c’est faire entrer le Québec en Haïti et contribuer à cette démarche qui s’ouvre sur l’humain par le prisme de la fiction, de la poésie par la pensée d’Édouard Glissant.

Mémoire d’encrier maintenant et Mémoire avant en Haïti sont la conjonction de deux histoires qui ne sont qu’une.

Le paradis suspendu de l’imaginaire à travers le lieu, l’espace fécond qui constitue une grande famille grâce à cette grande union libre qu’est le Québec et Haïti.

  • DANY LAFERRIÈRE, président de «les rencontres québécoises en Haïti»

« Haïti voici Québec »

C’est un moment extrêmement émouvant que j’attends depuis longtemps : pouvoir réunir dans un même lieu ces deux cultures qui m’ont façonné. Je dirais, pour faire vite, que si Haïti reste pour l’écrivain que je suis l’émotion originelle, le Québec est devenu l’action décisive. En un mot : je suis né en Haïti, mais je suis devenu écrivain au Québec. En accompagnant ces écrivains québécois à Port-au-Prince, j’ai l’impression que ma vie n’est pas totalement une fiction. Car je remarque toujours des visages sceptiques quand je parle d’Haïti au Québec, ou quand je parle du Québec en Haïti. Vous voilà aujourd’hui l’un en face de l’autre. Québec, voici Haïti dont je vous parlais depuis si longtemps. Haïti, voici Québec où je vis depuis si longtemps. Il faut entendre le Québec littéraire : celui des écrivains, des éditeurs, et des institutions dynamiques qui soutiennent sa charpente culturelle. Ce n’est pas rien dans un pays où, comme Haïti, la culture occupe un large espace dans la formation de l’identité. J’imagine que les lecteurs et les écrivains de Port-au-Prince ou d’ailleurs, tous ces jeunes étudiants affamés de l’autre, comme je l’étais à leur âge, se demandent ce que nous sommes venus faire ici. Simplement vous rencontrer et vous dire que nous sommes les deux seules nations qui parlent français en Amérique. Nous sommes venus aussi parce que les Haïtiens se sont installés au Québec depuis plus de soixante ans et qu’il nous tardait de vous rencontrer chez vous. Nous sommes venus aussi parce que les paysages et l’histoire de ce continent où nous sommes arrivés tous les deux, il y a quelques siècles, dans des conditions certes différentes, nous habitent si fortement que cela facilitera, j’espère, cette première rencontre.

À l’occasion du 10e anniversaire de Mémoire d’encrier, se tiendront du 1er au 8 mai 2013 les Rencontres québécoises en Haïti. Lors de ces rencontres, des professionnels du livre et des auteurs appartenant aux deux espaces littéraires échangeront et témoigneront de leurs expériences et savoir-faire.

Source:Rencontres québécoises en Haïti

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualités à la une

To Top