signal-logo

player-onplayer-on
ON AIR 24/24

Numéros de téléphone:
(509) 47.14.22.64 | +1.305.407.2119
Culture et loisirs

Rencontres québécoises en Haiti : le temps d’être ensemble entre camarades d’Amérique

rencontrehaitiannoquebecois

rencontrehaitiannoquebecois

Le jeudi 25 avril, s’est tenue, à la Fondation connaissance et liberté (FOKAL), la conférence de lancement des Rencontres québécoises en Haiti, à l’occasion du dixième anniversaire de Mémoire d’encrier.

 Le rendez-vous du donner et du recevoir

Selon l’initiateur du projet, Rodney Saint-Eloi, cet événement culturel, qui se déroulera du 1er au 8 mai 2013, est un rendez-vous d’échanges dont le mérite est de porter les québécois à imaginer Haiti autrement, dans une sorte de relations décomplexées : «…C’est le rendez-vous du donner et du recevoir. La question, c’est comment, au-delà de l’objet livre, faire en sorte que les êtres humains, en dehors de la fragilité, des contextes, se rencontrent et se parlent dans un élan de solidarité et de tendresse ».

Le ministre de la Culture du Québec, Maka Kotto, participera aussi aux Rencontres québécoises en Haïti, informe le fondateur de la maison d’édition Mémoire d’encrier qui invite le public à profiter pleinement de ces activités. «C’est une véritable relation humaine ! C’est cette nouvelle forme de coopération qui trouve un sens à mes yeux pour le dixième anniversaire de Mémoire d’encrier», déclare Rodney Saint-Eloi.

Le respect mutuel des peuples par la culture

Le président des Rencontres québécoises, Dany Laferrière, qui rentrera au pays, le lundi 29 avril, a, dans un message préenregistré, invité la population haïtienne à se montrer accueillante à l’égard de la littérature québécoise. C’est une littérature de frères, indique l’écrivain. « Deux peuples peuvent parvenir au respect mutuel s’ils se connaissent par la culture », affirme Dany Laferrière.

Ces rencontres québécoises comblent un vide dans nos relations

L’évènement Rencontres québécoises en Haiti comble un vide effarant dans les relations littéraires et artistiques des deux principaux pays francophones de l’Amérique, se réjouit Gary Victor. « Les écrivains haïtiens sont souvent invités au Québec, mais peu d’écrivains québécois sont venus en Haiti », explique l’écrivain qui déplore le fait que le lectorat haïtien ignore presque totalement la littérature québécoise.

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualités à la une

To Top