La nouvelle dimension

Simon Dieuseul Desras serait frustré, selon Stanley Lucas

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram

Simon Dieuseul Desras serait frustré, selon Stanley Lucas

Le discours du président de l’assemblée nationale, Simon Dieuseul Desras, prononcé lors de l’ouverture de la session extraordinaire, traduit une frustration, a déclaré Stanley Lucas.

 

M. Desras se rend à l’évidence qu’il n’a pas le soutien de la communauté internationale pour fomenter un coup d’état contre Michel Martelly, explique M. Lucas qui, depuis les Etats-Unis, participait à l’émission Moment Vérité sur Signal FM. « Washington, Londres et New-York ont clairement indiqué au président du sénat qu’il doit vaincre Martelly dans les urnes », rapporte Stanley Lucas.

Le supporter du président conteste les propos du président du sénat selon lesquels une dictature règnerait dans le pays. Au niveau de la liberté d’expression, Haïti n’est plus à la traine comme au temps de Jean Bertrand Aristide (179 sur 180), selon Stanley Lucas qui cite le classement mondial 2013 établi par Reporters sans frontières (RSF). Selon ce rapport, Haiti est le 49e pays- sur une liste de 179- qui respecte le mieux la liberté de la presse. D’après M. Lucas, l’ambiance est optimale pour les acteurs de l’information.

Dieuseul Simon Desras, membre de Fanmi Lavalas, a déversé toutes ses frustrations, à travers son discours, parce qu’il se rend compte finalement qu’il ne sera pas le président provisoire de la République d’Haïti et qu’en janvier 2014, il perdra probablement la présidence du sénat, a conclu Stanley Lucas.

Facebook Comments

A lire aussi...