signal-logo

player-onplayer-on
ON AIR 24/24

Numéros de téléphone:
(509) 47.14.22.64 | +1.305.407.2119
Société

Arrivée à Port-au-Prince de la première vague des déportés en provenance des États-Unis

Haiti-deportations-us

Le gouvernement des États-Unis a tranquillement repris les vols de déportation des sans-papiers en direction d’Haïti, informe le Miami Herald ce mardi 8 novembre 2016.

Plusieurs sources, dont un responsable haïtien d’un organisme de défense des droits humains et un porte-parole de la Police nationale d’Haïti (PNH), chargées de rencontrer les déportés lors de leur renvoi en Haïti, ont confirmé au quotidien floridien que les vols ont effectivement repris. Le premier vol est arrivé jeudi à Port-au-Prince avec 30 personnes à bord et un autre vol est arrivé mardi transportant 40 autres ressortissants haïtiens.

« Ce ne sont pas des déportés criminels, mais des gens qui sont allés au Brésil et ont traversé le Mexique pour arriver à San Diego, en Californie », a déclaré Pierre Ésperance, directeur exécutif du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH).

Selon le défenseur des droits humains, la reprise des vols dans ce contexte post-Matthew est «inacceptable». Pour Pierre Espérance, le moment est mal choisi pour démarrer le rapatriement de ces gens (cinq semaines après le passage dévastateur de l’ouragan, des inondations continues, des élections à venir et un Trésor public en faillite, etc.)

Le porte-parole de la Police nationale d’Haïti, Gary Desrosiers, a également confirmé les arrivées d’Haïtiens qui, selon lui, vivaient au Brésil, avaient été emprisonnés aux États-Unis et ont fait l’objet d’une procédure de renvoi.

Des militants haïtiens en Floride et en Californie qualifient la reprise des déportations en direction d’Haïti, qui pourrait s’effectuer à partir de deux vols par semaine, de « scandaleuse ». Ces derniers sont pris de court car ils croyaient avoir reçu des assurances des responsables de la sécurité intérieure américaine qui ne reprendront les expulsions que lorsqu’’ils seront préalablement avertis.

Source: Miami Herald

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualités à la une

To Top