signal-logo

player-onplayer-on
ON AIR 24/24

Numéros de téléphone:
(509) 47.14.22.64 | +1.305.407.2119
Société

Mise en garde à propos de l’aide humanitaire pour Haiti apres le passage de Matthew

Plusieurs organisations sociales expriment leurs inquiétudes face à l’aide humanitaire internationale annoncée, après le passage de l’ouragan Matthew.

« Très souvent, les vraies victimes des catastrophes naturelles n’ont jamais bénéficié des aides humanitaires », dénonce le responsable du Mouvement démocratique populaire (Modep), Guy Numa.

Ces aides annoncées vont créer de nouveaux riches en Haïti comme dans l’international, au détriment des victimes, met-il en garde.

Des actions sont en train d’être mobilisées à l’échelle internationale pour venir en aide aux victimes de cet ouragan qui a fait, suivant un bilan très partiel, 23 décès et 3 disparus ainsi que de nombreux dégâts.

En réponse à cette situation d’urgence, la secrétaire générale de la Francophonie, Madame Michaëlle Jean, encourage les Etats et gouvernements membres de la Francophonie à se mobiliser, dans un esprit de solidarité en faveur des populations haïtiennes affectées, dans les villes comme dans les campagnes.

« Nos efforts, qui se conjugueront à ceux de la communauté internationale dans son ensemble, devront tout particulièrement se concentrer sur le plan sanitaire, afin que la situation difficile qui va prévaloir dans les semaines à venir ne favorise la recrudescence redoutée de l’épidémie de choléra ».

L’Union européenne (Ue), à travers sa direction générale pour l’aide humanitaire et la protection civile (Echo), a immédiatement alloué une enveloppe de 255 mille euros pour venir en aides aux victimes les plus gravement touchés, indique un communiqué de presse en date du 5 octobre 2016.

Le dirigeant du Mouvement de liberté, d’égalité des haïtiens pour la fraternité (Molegaf), David Oxygène, appelle à être vigilant face aux comportements des organisations internationales.

Le Molegaf plaide en faveur d’une « vraie solidarité internationale » pouvant permettre aux victimes de faire face aux catastrophes naturelles.

Il encourage l’État à prendre des mesures efficaces dans l’idée d’aider les familles sinistrées à sortir de la situation désastreuse dans laquelle elles se trouvent.

Les aides humanitaires doivent se diriger vers notamment le département du Sud, des Nippes et de la Grand ‘Anse, réclame-t-il.

De son côté, la Plateforme haïtienne de plaidoyer pour un développement alternatif (Papda) croit que le pays devrait tirer les leçons du séisme dévastateur de 2010.

« Il faut absolument éviter de répéter les erreurs de 2010. En 2010, nous avons été envahis par les organisations non gouvernementales (Ong). Différentes initiatives tant humanitaires que de reconstruction ont été prises dans le cadre d’une marginalisation complète des acteurs haïtiens », rappelle Camille Chalmers, dirigeant de la Papda.

Il faut que « l’aide humanitaire s’inscrive dans le cadre de stratégies contrôlées et définies par les acteurs haïtiens » et d’une vision à long terme, recommande-t-il.

La Papda plaide en faveur d’une connexion entre l’appui humanitaire et la perspective de développement et de reconstruction.

Source : Alterpresse

Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Actualités à la une

To Top